Chiffres clés

 

Evolution de la crémation en Belgique

 

La Belgique compte 19 crématoriums en activités sur l’ensemble de son territoire, deux sont en construction (Ostende et Neufchâteau). Ils ont réalisé 67.768 crémations en 2019. Comparativement à l’année 2018, la Belgique enregistre une augmentation du nombre de crémations de 0,79%. Comme le montre le tableau ci-dessous, même si l’évolution reste très variable d’une année à l’autre, la crémation en Belgique ne cesse d’augmenter. La croissance moyenne sur 10 ans est de 3,3%.

 

 

La crémation en Belgique par région

 

L’augmentation nationale de 0,79% cache une évolution qui reste très variable d’une région à l’autre. En effet, la région flamande enregistre une évolution légèrement en -dessous de celle du pays (+0,69%), la région wallonne augmente de 1,65% et Bruxelles Capitale diminue de 1,24%.



Belgique : crémations par rapport au nombre de décès

 

Depuis 2012, la crémation est devenue en Belgique le choix de sépulture adopté majoritairement par la population, supplantant l’inhumation traditionnelle. Sur base du nombre de décès enregistrés durant l’année 2018, 62% des défunts ont fait le choix de la crémation en 2019. Ce pourcentage devra être affiné dès que nous aurons les statistiques belges de décès pour cette année.



Crémation et inhumation traditionnelle en 2019

 

Le taux de crémation de 62% que connaît notre pays reste très inégal d’une région à l’autre même si cette différence s’atténue chaque année. C’est ainsi qu’en Flandre il est de 71%, à Bruxelles de 56% et en Wallonie de 47%. Souvenons-nous, il y a à peine 8 ans, en 2011 le taux de crémation était pour notre pays de 50%, en Flandre de 56%, à Bruxelles de 67% et en Wallonie de 28%.



Crémation par région en 2019


La majeure partie des 67.768 crémations réalisées en Belgique durant l’année 2019 provient de la région flamande (44.860 soit 66%), suivies ensuite par la région wallonne (17.875 soit 26%) et enfin Bruxelles Capitale (5.033 soit 8%). 



Les crématoriums belges en 2019

 

En termes d’importance, sur les 19 crématoriums répartis sur l’ensemble du territoire de la Belgique, notre site liégeois occupe la neuvième place nationale avec 5,12% du nombre total des crémations réalisées en Belgique. Il reste le premier crématorium de Wallonie. Quant à lui, notre site welkenraedtois a réalisé 2,58% des crémations nationales et se classe à la dix-huitième place. Ensemble, ils ont réalisés 7,70% des crémations belges et près d’un tiers de celles réalisées en Wallonie.



Évolution de la crémation à Neomansio

 

Nos crématoriums de Liège-Robermont et de Welkenraedt globalisent ensemble 5.224 crémations soit une diminution de 1,61% par rapport à l’an dernier (-84 crémations). Cette année, notre crématorium liégeois voit son activité diminuer 4,48% (-163 crémations), ceci s’explique par le fait que nous avons remplacé deux unités de crémations et que pendant 8 mois nous n’avons fonctionné qu’avec 3 appareils au lieu de quatre. Notre second site d’exploitation continue sa croissance en totalisant cette année 1.749 crémations, par rapport à l’an dernier l’augmentation est de 4,7% (+79 crémations). 



Origine des défunts en 2019

 

Sur les 5.224 crémations réalisées en 2019 par Neomansio, 4.927 soit 94,31% concernaient des personnes domiciliées en province de Liège au moment de leur décès, 93 en province de Luxembourg, 31 en province de Namur, 18 en province de Brabant Wallon, 15 en province de Limbourg, 9 en province de Brabant flamand, 5 en province de Hainaut, 3 en province de Flandre occidentale, 72 d’Allemagne, 18 de France, 11 du Grand-Duché de Luxembourg, 12 d’autres pays et 10 sans domicile fixe. Ces chiffres démontrent une nouvelle fois que notre activité se localise essentiellement en province de Liège. Les défunts originaires d’une commune associée à notre intercommunale représentent 86,27% du total de nos crémations, ce chiffre reste relativement stable. 



Origine des défunts par arrondissement en 2019 (Province de Liège) 

La majeure partie des défunts provenant de la province de Liège sont originaires de l’arrondissement de Liège (64% soit 3.164), de l’arrondissement de Verviers (28% soit 1.376), de l’arrondissement de Waremme (5% soit 230) et pour terminer de l’arrondissement de Huy (3% soit 157). En comparant ces chiffres avec les années précédentes, nous constatons qu’une répartition différente s’installe au sein des différents arrondissements de la province de Liège. Deux grands effets se marquent : d’une part une diminution constante du nombre de défunts en provenance de l’arrondissement de Huy suite à l’ouverture du crématorium de Ciney et une augmentation de la fréquentation venant de l’arrondissement de Verviers suite à l’ouverture de notre second site d’exploitation, donnant un accès plus facile à la population de cette région. Les chiffres l’attestent puisqu’en 2012, les défunts provenant de l’arrondissement de Verviers représentaient 18,5% soit 769 crémations et de l’arrondissement de Huy 8% soit 322 crémations. 



Destination des cendres en 2019

 

Le choix de la destination des cendres a fortement évolué durant ces vingt dernières années, aidé par les changements législatifs entrainant une modification des choix et des mentalités. C’est ainsi que cette année pour nos deux sites de Liège et Welkenraedt, la dispersion des cendres (2.559, soit 49%) reste majoritaire, suivie par l’inhumation (895, soit 17%), le placement de l’urne en columbarium (911, soit 17%) et enfin la reprise en propriété privée (825, soit 16%). Il y a un peu plus de vingt ans, la dispersion représentait 69% ; 20% pour l’inhumation et 11% pour le placement en columbarium. A cette époque, la reprise en propriété privée n’était pas autorisée.

En comparant la pratique liégeoise et welkenraedtoise en ce domaine, les tendances varient fortement. Nous constatons que la dispersion est largement moins choisie dans l’Est de la province (36% contre 55%) et que leur choix se dirige majoritairement vers une sépulture matérialisable (inhumation, columbarium ou reprise en propriété privée).

 

 

Depuis maintenant plusieurs années, il est également possible pour le cohabitant légal et les parents ou alliés au premier degré d’obtenir une partie symbolique des cendres.

Durant cette année, 782 défunts soit 15% ont été concernés par cette procédure.
Chaque année ce pourcentage augmente.